Rebecca Ruiz

Conseillère nationale suisse, criminologue

13 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Non à la guerre des générations!

Non à la guerre des générations!

Dans deux semaines, nous votons sur l’initiative populaire « AVS plus ». Cette initiative demande une augmentation des rentes AVS de 10% pour les retraité-e-s. Même si cette revendication n’a rien d’exagéré et que son financement ne poserait aucun problème, les arguments des partisans de l’initiative se heurtent au mur de béton idéologique des médias helvétiques. Visiblement, cette initiative dérange. Mais voilà que cette campagne malhonnête atteint de nouveaux sommets : sous le titre cynique de « l’équité entre les générations », quelques titres en mal de publicité et une poignée de filles et fils-à-papa bourgeois allant des jeunes PLR à Opération Libero, tentent de déclencher une véritable guerre des générations (cf. les articles récents dans « Watson », le « Bilck » ou la « Schweiz am Sonntag »). Derrière ces attaques se trouvent bien entendu les assureurs privés, grands pourvoyeurs d’annonces dans les médias.

Nous, représentant-e-s des jeunes générations, qui avons été élu-e-s dans le but de les défendre, nous élevons avec vigueur contre ces attaques indignes. Nous refusons que l’on se serve de notre génération pour mener cette campagne. Car les faits sont têtus:

  • L’AVS est l’assurance sociale avec le meilleur rapport qualité-prix. Pour tous les jeunes qui n’ont pas la chance de se faire offrir leur première entreprise par Papa-Maman à l’âge de 18 ans, c’est le meilleur moyen de se constituer une prévoyance-vieillesse solide. Pour bénéficier d’une rente de 3540.- Fr., un jeune couple doit accumuler une épargne individuelle de 810’000.- Fr. Pour obtenir le même résultat par l’AVS, les cotisations se montent à seulement 460’000.- Fr.
  • L’AVS est le parfait exemple d’une société solidaire. Qui tente de la discréditer avec des formules creuses comme « la politique de l’arrosoir » remet en cause le contrat entre les générations.
  • Si la rente des parents retraité-e-s n’est pas suffisante, leurs enfants adultes devront les soutenir financièrement pour leur éviter de tomber dans la pauvreté. Une augmentation des rentes AVS renforce la solidarité!

Celles et ceux qui prétendent qu’augmenter les rentes AVS et, de manière très modérée, les cotisations salariales, « détruit le contrat entre les générations » n’ont rien compris à ce contrat. Car ce sont les générations de nos grands-parents et de nos parents qui ont contribué à construire notre pays. Leurs investissements conséquents dans la sécurité, le service public, la formation, la santé, les infrastructures, etc. sont tout simplement inestimables. Sans leurs prestations et leurs efforts, notre prospérité actuelle serait impensable. En outre, celles et ceux qui prétendent « parler au nom de la jeunesse » occultent totalement le fait que qui veut pouvoir compter sur une retraite solide doit miser sur l’AVS ; le 2ème pilier vacille et la prévoyance individuelle n’est en réalité accessible qu’à une petite minorité nantie.

Enfin, il convient de ne pas oublier l’immense contribution à la garde des (petits-) enfants et l’inestimable travail bénévole que fournissent nos parents et grands-parents. Dans ce contexte, demander une augmentation des rentes n’est pas exagéré, mais relève du pur bon sens.

Les signataires (dans l’ordre alphabétique) :

Allemann Evi, Nationalrätin, Bern
Arslan Sibel, Nationalrätin, Basel-Stadt
Fricker Jonas, Nationalrat, Aargau
Girod Bastien, Nationalrat, Zürich
Masshardt Nadine, Nationalrätin, Bern
Mazzone Lisa, Conseillère nationale, Genève
Meyer Mattea, Nationalrätin, Zürich
Reynard Mathias, Conseiller national, Valais
Ruiz Rebecca, Conseillère nationale, Vaud
Schwaab Jean-Christophe, Conseiller national, Vaud
Wermuth Cédric, Nationalrat, Aargau

4 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur 20 ans de l’ARTIAS: paroles de jeunes

20 ans de l’ARTIAS: paroles de jeunes

J’ai la chance de présider depuis le mois de juin dernier l’ARTIAS, l’association romande et tessinoise des institutions d’action sociale. Et pour bien débuter ce nouveau mandat, j’ai pu participer aux festivités des 20 ans de notre association. A cette occasion, l’ARTIAS a donné un mandat aux jeunes de Scène active qui durant de nombreux mois se sont attelés à nous présenter leur vision de la cohésion sociale et du vivre ensemble. Concrètement, ils ont produit des clips, qui ont été réalisés librement et sans consignes de notre part.

Je vous invite à les visionner ici:

http://www.artias.ch/artias_activite/3-courts-metrages-pour-les-20-ans-de-lartias/

De manière plus générale, je souhaite encore souligner l’importance, pour l’ARTIAS mais aussi pour la société, tout d’abord de faire confiance à la jeunesse mais aussi de donner à voir, de valoriser le travail que des jeunes sont capables de faire lorsqu’on leur en donne la possibilité. Et cela, en dépit de la vulnérabilité et des problèmes que certains d’entre elles et d’entre eux ont pu rencontrer ou connaissent encore. Dans notre société, dans le débat public, la jeunesse est très régulièrement au centre des discussions. Pour illustrer ce propos, j’ai procédé à une petite recherche et pu observer qu’en 1 année, près de 70 interventions individuelles déposées par mes collègues au Parlement concernaient la jeunesse, dans différents domaines: protection, formation, alimentation, criminalité, activités sportives, migration, apprentissage, chômage, santé… aide sociale.

Dans ce seul registre, en 10 ans, 20 interventions individuelles ont été faites. Pas forcément seulement pour montrer du doigt les jeunes bénéficiaires de l’aide sociale, mais parfois oui et de manière violente.

Le projet conjoint de l’ARTIAS et de Scène Active cherche précisément à mettre en lumière une autre image des jeunes que celle négative, qui est régulièrement relayée dans les débats politiques et dans l’opinion publique. On parle en effet beaucoup des jeunes mais les jeunes parlent peu, surtout ceux qui traversent des difficultés. Leur parole n’existe pas dans l’espace public.

Comme organisme regroupant les secteurs public et privé d’action sociale, il nous semblait donc important de donner la parole à celles et ceux qui sont souvent au centre des débats, et d’écouter leurs messages sans forcément les partager. Pour y réfléchir et pour donner à réfléchir, hors des clichés. Bon visionnage!

 

3 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Il faut renforcer le 1er pilier

Il faut renforcer le 1er pilier

Tribune parue dans Le Temps le 3 septembre 2016

Basé sur trois piliers, notre système de retraites est considéré loin à la ronde comme un modèle. Ce dernier est toutefois victime de turbulences depuis quelques années, des turbulences dont les vraies raisons ne sont pas celles qu’on invoque la plupart du temps. Certes, il est vrai que le nombre de retraités augmente par rapport aux actifs. Mais comme la productivité et la masse salariale augmentent, le système reste très stable. Et s’il y a une constante en Suisse, ce n’est pas l’endettement du système public de retraites… ce sont au contraire les prophéties catastrophiques sur l’AVS qui ne se réalisent jamais. Lire la suite →

1 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Loi sur le renseignement : adapter nos outils aux nouvelles menaces

Loi sur le renseignement : adapter nos outils aux nouvelles menaces

Article paru dans le journal Point fort no 88 le 1er septembre 

Loin d’ouvrir la porte à un Etat fouineur, la Loi sur le renseignement cherche à adapter les moyens dont dispose la Confédération aux nouvelles menaces et aux nouvelles technologies. Elle constitue donc une mise à jour indispensable de notre arsenal législatif.

La nouvelle loi sur le renseignement (LRens) ne découle pas d’une lubie sécuritaire soudaine : elle est destinée à remplacer la Loi instituant des mesures visant au maintien de la sûreté intérieure (LMSI) et la Loi sur le renseignement civil (LFRC). Issue d’un processus initié en 2009, la LRens n’est donc pas une réponse directe au contexte international tendu et aux attentats commis en Europe. Pourtant, ces récents drames ont mis en évidence les lacunes de notre dispositif. Et la nécessité de mettre à jour les moyens aujourd’hui dépassés du SRC, face à l’évolution des menaces et face aux changements des technologies et des modes de communication. Tout en soulignant que le renseignement ne constitue qu’une partie du dispositif, par exemple pour la lutte contre le terrorisme. La prévention, l’accès à la formation, l’insertion sociale des jeunes revêtent bien entendu le même niveau d’importance. Mais il faut bien partir d’un constat aujourd’hui, la Suisse n’est actuellement pas en mesure de se doter par elle-même d’informations pertinentes qui nous permettraient de lutter contre les atteintes à la sécurité de l’Etat alors que la LRens vise précisément ce but.  Lire la suite →

27 août 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur S’adapter enfin aux familles d’aujourd’hui

S’adapter enfin aux familles d’aujourd’hui

Article paru dans le journal SOCIALISTES no 82, Août 2016 

La conciliation entre vie professionnelle et vie familiale en Suisse est à nouveau décryptée dans un ouvrage qui vient d’être publié en Suisse romande*. Un éclairage intéressant sur une problématique prioritaire pour le PS qui se trouve régulièrement au cœur de l’actualité politique – mais bien souvent pour déplorer les lacunes qui subsistent. Lire la suite →

Menu