Rebecca Ruiz

Conseillère nationale suisse, criminologue

19 octobre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Viol : de l’indignation à l’action

Viol : de l’indignation à l’action

Tribune parue dans Le Temps du 19 octobre 2016

Une profonde consternation. C’est le sentiment que nous avons été nombreuses et nombreux à ressentir en découvrant avec stupeur les affirmations d’Andrea Geissbühler, conseillère nationale UDC, concernant les victimes de viol. Des propos qui minimisent la responsabilité des auteurs de telles horreurs, des paroles qui dénie l’effroi vécu par celles et ceux qui l’ont vécu dans leur chair et qui les rend responsable d’une telle expérience. Ces propos sont d’autant moins audibles lorsque celle qui les tient est non seulement une femme, qui plus est élue, mais aussi une ancienne policière, qui dans ses fonctions professionnelles a certainement par le passé été confrontée à des victimes pour enregistrer des dépositions. Une policière qui a sans doute vu à quoi ressemble la douleur d’une femme, d’un homme, lorsqu’on dénie son humanité et qu’on bafoue son intégrité. Dans sa bouche, ses mots sont comme de nouveaux coups qu’on porterait aux victimes à qui on contesterait ce statut. Ces propos s’inscrivent hélas dans un mode de pensée qui dépasse nos frontières. Car oui, il existe une culture du viol dans notre société. Face à une dénonciation de viol ou d’agression sexuelle, on se demandera souvent si l’acte a été bien interprété par celle ou celui qui l’a subi, si finalement la victime ne l’a pas provoqué (la tenue était trop affriolante), recherché (elle était, en son for intérieur, consentante) ou inventé (pour faire du tort au prétendu auteur). Il n’est pas étonnant, dans un tel contexte, que les actes de violences sexuelles soient peu dénoncés (30% le seraient selon certaines estimations ; au-delà du taux précis, la recherche criminologique a établi que la non dénonciation est particulièrement fréquente), au-delà de la honte et de la peur ressentie par les victimes. Or, le paradoxe est frappant : si les statistiques sur les sanctions infligées aux auteurs de viol paraissant au grand jour suscitent l’indignation, la banalisation collective de toutes les violences sexuelles ne recule que peu.

Mais tout d’abord, que nous apprennent ces statistiques ? Premièrement, que les atteintes à l’intégrité sexuelle dans notre pays sont bel et bien une réalité quotidienne. Entre 2009 et 2015, la police a enregistré en moyenne 497 viols et 610 contraintes sexuelles (que le code pénal définit comme un acte analogue aux actes sexuels ou d’ordre sexuel en usant de menace ou de violence). Cela signifie que trois agressions sexuelles à l’égard d’adultes ont lieu en Suisse chaque jour, en moyenne. Durant ces mêmes années, les prévenus enregistrés par la police pour viols et contraintes sexuelles étaient en moyenne dans 99.5% des hommes. Lire la suite →

3 octobre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Pour des modèles d’assurance maladie alternatifs responsables

Pour des modèles d’assurance maladie alternatifs responsables

Le Conseil fédéral est chargé de réglementer les modèles alternatifs d’assurance maladie selon les trois principes suivants:

–les modèles alternatifs qui limitent le choix de la pharmacie ne sont proposés que dans les régions qui disposent de suffisamment de pharmacies reconnues par le modèle;

–les modèles alternatifs qui prévoit le recours à des réseaux de soins ne sont proposés que dans les régions où les réseaux concernés sont effectivement implantés;

–les modèles alternatifs qui prévoient la consultation d’un médecin de premier recours incluent sur leurs listes tous les médecins généralistes.

Lire la suite →

28 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Reprendre le contrôle de notre système de santé

Reprendre le contrôle de notre système de santé

Tribune parue dans 24 Heures du 28 septembre 2016

Les automnes se succèdent et se ressemblent. Le coup de massue version 2016 est toutefois brutal. En moyenne, les primes augmenteront de 4.5% sur l’ensemble du pays. Dans notre canton, les adultes paieront 4.9% de plus. Et cette année la pilule est particulièrement dure à avaler pour les familles résidant dans notre canton puisqu’elles débourseront 7.6% de plus pour les primes des enfants et 5.8% pour celles des jeunes adultes. Un nouveau coup dur que nous autres assurés et patients devons à nouveau encaisser alors qu’on nous prépare d’autres mises à contribution. Lire la suite →

15 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Interview sur le droit des patients

Interview sur le droit des patients

Parue dans le Bulletin de la Fédération suisse des patients / Section suisse occidentale no 15 Septembre 2016

Le Conseil fédéral a publié un rapport sur les droits des patients en Suisse, qui vient d’être traité par la commission compétente du Conseil national. Quelles sont aujourd’hui les principales lacunes dans les droits des patients dans notre pays, du point de vue des services aux patients ?

Une des principales lacunes concerne déjà les informations auxquelles les patient-e-s ont accès. Il est primordial que les patient-e-s puissent avoir accès à des informations neutres et de qualité pour connaître les situations dans lesquelles ils peuvent/doivent se défendre et de quelle manière ils peuvent le faire.

Ensuite, nous constatons dans notre pratique que de nombreuses et nombreux patient-e-s souffrent de graves lésions qui ne peuvent être réparées faute de dispositions légales adéquates ou à cause d’une interprétation très large par le Tribunal fédéral d’exceptions à la responsabilité du producteur par exemple. Ainsi, nous menons actuellement différentes procédures pour défendre des personnes qui ont été empoisonnées par leurs prothèses. Les ions de cobalt et de chrome libérés par le frottement de l’articulation ont attaqué les tissus osseux et musculaires. Un homme s’est adressé à nous parce qu’il s’était baissé un jour pour attacher ses chaussures et ne s’est jamais relevé depuis : son bassin s’était fracturé à plusieurs endroits. Et nous ne parlons pas ici des conséquences à long terme d’un tel empoisonnement, encore inconnues à ce jour. Malheureusement, pour le moment, le Tribunal fédéral interprète de manière très large les exceptions à la responsabilité du producteur, notamment pour les risques liés au développement du produit. Nous considérons que, dans ces cas-là, où les lésions sont avérées, ont des conséquences pouvant être très graves – invalidité, chômage, etc. – et où les patient-e-s ne peuvent obtenir réparation à cause du manque de dispositions légales adéquates ou de leur interprétation, comme par exemple dans les cas liés à l’amiante, un fonds de réparation pour les victimes est essentiel pour leur permettre de retrouver une vie normale.

La mise sur pied d’instruments de protection collective est aussi primordiale pour la défense des patient-e-s. En face des géants de l’industrie de la santé, qu’il s’agisse des assureurs, des associations de prestataires ou de la pharma, les patient-e-s se sentent bien souvent seul-e-s et démuni-e-s. Nombre de patient-e-s nous confient leur désarroi dû au déséquilibre du rapport de force. Les instruments de protection collective permettraient aux patient-e-s de rééquilibrer ce rapport de force en unissant leurs forces. En outre, les procédures sont souvent longues et coûteuses. De tels instruments permettraient de réduire les coûts à charge des patient-e-s.

Enfin, les patient-e-s doivent aussi être représenté-e-s de manière efficace dans les processus politiques et décisionnels. Il est nécessaire que la voix des patient-e-s soit entendue pour mieux tenir compte de leurs intérêts spécifiques. On peut ainsi penser aux questions de qualité, où les patient-e-s doivent pouvoir participer à l’élaboration des critères qui jugent de la qualité des prestations médicales, ou aux questions liées à l’utilisation de médicaments off-label, c’est-à-dire à d’autres fins que celles initialement prévues, souvent utiles pour des traitements oncologiques par exemple, que les assureurs refusent régulièrement de prendre en charge.

Lire la suite →

14 septembre 2016
par rebecca
Commentaires fermés sur Face à la menace du démantèlement des rentes, oui à AVS Plus

Face à la menace du démantèlement des rentes, oui à AVS Plus

Tribune parue dans Lausanne Cités du 14 septembre 2016

Tous les experts du domaine de la prévoyance l’affirment: la situation dans le 2e pilier est préoccupante. Depuis quelques années, malgré des hausses de cotisations pour beaucoup d’assurés, les prestations ne font que baisser et les marchés financiers peinent à tenir les promesses de rendements.

A l’inverse, on sait que le 1er pilier, l’AVS, est stable. Les cotisations n’ont pas augmenté ces 40 dernières années et pourtant, le nombre de rentes versées a doublé et le niveau des rentes a augmenté. C’est pourquoi il est urgent de développer le pilier qui fonctionne le mieux, l’AVS. L’initiative « AVS plus » propose ainsi d’augmenter toutes les rentes de 10%.

Lire la suite →

Menu